Notre histoire

 

En 2004, j’étais l’assistante d’Edouard Pastor, architecte spécialisé dans l’accessibilité au sein de son cabinet Handigo, tout en poursuivant un Master de philosophie. C’est dans ce cadre que j’ai assisté aux Etats Généraux du Handicap à Lyon en vue de la future loi du 11 février 2005. J’avais été frappée par deux phénomènes ; le premier c’est que la majorité des intervenants était « valide » et que la parole était peu donnée aux personnes en situation de handicap. Or c’est lorsqu’ils l’avaient qu’elle devenait pour moi d’autant plus parlante. Le second, c’était l’insistance sur le changement de regard nécessaire face à la prégnance des préjugés. C’est ce qui m’a décidée à réaliser mon mémoire sur le handicap : « Dans quelle mesure le handicap est-il un moyen privilégié d’accéder à son être ». Pour ce faire, j’ai travaillé avec des personnes en situation de handicap, moteur, psychique et mental. Ce fut d’une telle richesse que ma vie s’en est trouvée bouleversée.

A cette époque Edouard Pastor formait les architectes à l’accessibilité, mais c’était une formation technique. Or pour toucher le grand public et tenter de modifier son regard, il fallait une formation plus humaniste. Nous avons fait un pas dans ce sens en sensibilisant les agents de la ville de Lyon en donnant la parole à des personnes en situation de handicap.

Nos chemins se séparant en 2008, c’est alors que j’ai fondé l’association Sarahca devenu centre de formation en 2009. Mes compères, co-fondateurs, Georges Masson et Lise Wagner avaient créé un an plus tôt l’association Point de Vue sur la Ville dédiée à l’accessibilité des déficients visuels.

Composée de personnes handicapées, consultantes formatrices dans leur domaine, de professionnels du domaine médical et paramédical, de chercheurs en sciences humaines, enseignants, parents, militants associatifs… Nous nous démarquions par la pluridisciplinarité de nos intervenants et notre approche singulière axée sur la rencontre à l’Autre.

La Reconnaissance d’une expertise

Ce qui était alors novateur c’est que toutes les familles de handicap étaient représentées par des formateurs eux–mêmes en situation de handicap. Tous interagissaient ensemble pendant toute la durée des prestations. Par ailleurs leur expertise était reconnue puisqu’ils n’intervenaient pas à titre bénévole. C’était primordial pour sortir d’une logique de charité et rendre cohérente l’accessibilité universelle à laquelle nous aspirons.

Depuis, de nouvelles recrues nous ont rejoint et nous avons formé et sensibilisé plusieurs centaines de personnes de tous bords. Il est bon de savoir que nous contribuons à chaque fois à un changement de regard tant les retours sont puissants. A l’image d’une équipe de formateurs qui se donne entièrement et sans tabous dans ces rencontres.

Nathalie Casabo
Première présidente fondatrice de Sarahca